A Versailles, la VAE à distance c’est VAE sans frontières !


DES PERSONNES EN INCAPACITÉ DE SE DÉPLACER

« Informations, conseils, analyse de faisabilité, demande de recevabilité, accompagnement jusqu’à la préparation au passage devant le jury… C’est un service complet à distance que nous proposons depuis la mise en ligne du site en 2015 », explique Odile PAPION, responsable du DAVA de l’académie de Versailles. Depuis son ouverture, ce service académique innovant a connu un réel succès : 782 demandes pour les trois premières années !

Qui sont-ils, ces demandeurs de VAE à distance ? « Des personnes en incapacité de se déplacer dans les centres de VAE. Certains métiers imposent des horaires décalés, on trouve aussi des personnes à mobilité réduite et des français expatriés à l’étranger ».

« Lorsqu’une personne qui réside en France en dehors de notre académie prend contact avec nous, nous l’orientons vers le DAVA le plus proche de son domicile », ajoute Odile PAPION, pour qui la force du réseau France VAE est un véritable atout. D’autres outils de VAE à distance existent dans le réseau : ACCAD, e-GRETA…

 

E-VAE.COM EN FER DE LANCE !

Tchat au ministère des Affaires Étrangères entre Odile PAPION (2ème à partir de la droite) et des résidents Français à l’étranger

Le site web e-vae.com est le fer de lance de la VAE à distance du DAVA. Il a permis à l’académie de Versailles d’obtenir en 2016 le 1er prix au concours « Impulsion » organisé par le ministère de l’Éducation Nationale qui vise à récompenser les initiatives innovantes.

Dans la rubrique « News » on y découvre en particulier un tchat organisé le 30 janvier 2018 par le ministère des Affaires Étrangères sur la page Pégase de l’expatriation et des Français à l’étranger. Une initiative originale et « branchée » où les expatriés ont pu échanger en direct avec le DAVA et d’autres organismes (Pôle Emploi, ENIC NARIC…) sur le thème « Renforcer ou valoriser ses compétences professionnelles quand on réside à l’étranger ».

La page consacrée à la Foire aux questions est également riche en réponses sur toutes les questions que se pose un candidat sur sa VAE.

 

LEVER LES FREINS

Les français expatriés à l’étranger ont des difficultés à se faire financer leur droit à la formation et à la VAE

Odile PAPION l’avoue : « Le taux de transformation des demandes en conventions d’accompagnement est faible ». Il est vrai que le service est encore jeune et mérite davantage de promotion. « C’est tout un travail prospectif, de rencontres et de communication qu’il faut mener en parallèle de nos multiples activités. Mais le principal frein est l’absence d’aide au financement quand on réside à l’étranger ». Des actions de sensibilisation sont menées auprès des pouvoirs publics pour que les français expatriés puissent bénéficier des mêmes aides que lorsqu’ils étaient sur le sol français.

Avec le DAVA, Odile PAPION souhaite également « décloisonner le dispositif VAE à distance en créant une plateforme inter-certificateurs, ce qui facilitera le lien avec les universités, étant donné la forte demande du public expatrié sur les diplômes du supérieur ».

Promotion, financement, décloisonnement… Tous ces freins levés, la VAE à distance devrait pouvoir prendre son envol au-delà des frontières de l’Hexagone et des traditionnels horaires de bureau !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *